AU COEUR DE L'ÂME

forum d'echange sur la voyance, la médiumnité lumineuse et la spiritualité


L'HISTOIRE DE MARTHE ROBIN

Partagez
avatar
Svanna la guerrière
Admin
Admin

Messages : 2915
Date d'inscription : 29/07/2015
Age : 49

L'HISTOIRE DE MARTHE ROBIN

Message par Svanna la guerrière le Mar 4 Aoû - 19:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Marthe Robin, née le 13 mars 1902 à Châteauneuf-de-Galaure (France) et décédée le 6 février 1981, est une mystique catholique française, fondatrice des Foyers de Charité, connue pour des phénomènes tels que des visions religieuses, les stigmates du christ ( couronne d’épines et paumes ensanglantées )

Son dossier en vue d'une éventuelle béatification a été déposé auprès des autorités diocésaines en 1987 puis transmis au Saint-Siège en 19961. Le 6 mai 2010 a été signée à Rome, à la Congrégation pour les causes des saints, la « Positio », recueil élaboré à partir de tous les éléments recueillis visant à authentifier sa réputation de sainteté ; elle a abouti à la reconnaissance de l'« héroïcité des vertus » le 7 novembre 2014

Selon ses proches, à partir de 1930, elle n’avale plus aucune nourriture, hormis la communion aux hosties consacrées, qui durera jusqu'à sa mort, cinquante et un ans plus tard.
Au début du mois d’octobre 1930, selon le témoignage du père de Malmann, apparaissent les premiers stigmates.
En octobre-novembre 1931, selon son propre témoignage, elle commence à souffrir la passion chaque vendredi, phénomène qu'elle vivra ensuite chaque semaine jusqu'à sa mort, et dont seront témoins ses proches et de nombreux prêtres

Début février 1981, elle est prise de quintes de toux de plus en plus violentes. Le jeudi 5 février, elle est très fiévreuse. Ce soir-là, comme chaque semaine, elle prie pour s'unir à la Passion du Christ. Des membres du foyer disent le chapelet près d'elle puis la laissent seule. Le lendemain, vers 17 heures, quand le père Finet entre dans sa chambre, il trouve Marthe Robin inanimée sur le sol, près de son lit. À cette époque, elle était capable de se mouvoir péniblement dans sa chambre. Elle est morte, probablement d'épuisement dans les premières heures du vendredi 6 février. Le père Colon, docteur en médecine, et le docteur Andolfatto, médecin à Châteauneuf, constatent le décès42. Aucune autopsie n'est toutefois réalisée. Ses obsèques ont lieu le 12 février, dans le sanctuaire de Châteauneuf-de-Galaure, en présence de quatre évêques et plus de deux cents prêtre

Le postulateur de la cause de béatification Bernard Peyrous - tenu au secret de l'instruction de la cause en cours - donne cette version du décès dans la biographie dont il est l'auteur : « Le vendredi 6 février, vers 17 heures, comme d'habitude, le père Finet entra dans la pièce. Il trouva Marthe à terre, perpendiculairement au divan, la tête contre le pied de lit, à côté de la chaise, inanimée. Le corps était recouvert de sa chemise de nuit, elle avait des chaussons aux pieds. Elle était froide et raide (…). Le père Colon, docteur en médecine, décrit ainsi l'état du corps : « Quand elle est morte, elle pesait entre 25 et 30 kg. Elle avait les jambes comme des baguettes de pain. Elle avait une bouche cornée… aucune dent. La survie de Marthe avec un corps aussi atteint est inexplicable. (…) » Marthe est morte certainement dans la nuit du 5 au 6 février, probablement le vendredi 6 février 1981.
Épuisée par la maladie, elle n'a pas pu remonter sur son lit. Elle n'a pas eu la fin glorieuse de certains saints qui sont entourés et consolés par leurs proches. Elle est morte seule, dans la nuit. » On peut voir sa tombe au cimetière de Saint-Bonnet.

    La date/heure actuelle est Sam 15 Déc - 17:13